Tous les Tweets
Précédent:
Suivant:
moeder met kind

4.32 Que doit-on faire si on ne peut avoir d’enfants ?

Insémination artificielle, embryons et clonage

Le désir d’un couple de fonder une famille est naturel et fait partie de la façon dont Dieu nous a créés. La tristesse d’un couple qui se rend compte de sa stérilité est compréhensible, et c’est merveilleux si la situation peut être résolue par traitement médical. En revanche, toutes les possibilités ne sont pas forcément bonnes : l’insémination artificielle par exemple, est la cause de nombreux problèmes éthiques.

Un enfant est toujours un cadeau qui vient de Dieu, pas un produit créé en laboratoire. Parfois il faut accepter la situation à défaut d’autre solution, même si cela va à l’encontre des désirs du couple. L’adoption est aussi une possibilité. Un mariage peut tout à fait porter du fruit autrement, même sans enfants !

> Approfondissez grâce au livre

La stérilité peut être très triste à vivre. Dans certains cas, elle peut être traitée. Mais un enfant n’est pas un droit et il ne doit jamais être réclamé ou traité comme un produit.

La Sagesse de l’Église

Que peuvent faire les époux, lorsqu’ils n’ont pas d’enfants ?

Si le don de l’enfant ne leur a pas été fait, les époux, après avoir épuisé les recours légitimes de la médecine, peuvent marquer leur générosité par l’accueil ou par l’adoption, ou encore par l’accomplissement de services exigeants à l’égard d’autrui. Ils réalisent ainsi une précieuse fécondité spirituelle. [CCEC 501]

Que peut faire un couple qui n'arrive pas à avoir d'enfants ?

Les couples qui souffrent d'infertilité peuvent avoir recours à toute aide de la médecine, pourvu qu'elle n'aille pas à l'encontre de la dignité humaine, des droits de l'enfant à venir et de la sainteté du sacrement du mariage.

Il n'y a pas de droit absolu à l'enfant. Tout enfant est don de Dieu. Les époux à qui ce don n'a pas été fait, alors qu'ils ont épuisé tous les recours Légitimes à la médecine, peuvent adopter des enfants, ou s'engager d'une autre manière au service d'autrui, en s'occupant par exemple d'enfants abandonnés. [Youcat 422]

Voici ce que disent les papes

L’Église prête une grande attention à la souffrance des couples infertiles, elle a soin d’eux et, précisément pour cela, elle encourage la recherche médicale. Toutefois, la science n’est pas toujours en mesure de répondre aux désirs de nombreux couples. Je voudrais alors rappeler aux époux qui connaissent l’infertilité, que leur vocation matrimoniale n’en est pas pour autant frustrée. Les conjoints, en raison de leur vocation baptismale et matrimoniale elle-même, sont toujours appelés à collaborer avec Dieu dans la création d’une humanité nouvelle. En effet, la vocation à l’amour est une vocation au don de soi et cette dernière est une possibilité qu’aucune condition organique ne peut empêcher. Là où la science ne trouve donc pas de réponse, la réponse qui donne la lumière vient du Christ. [Benoît XVI, Discours à l’Académie Pontificale pour la Vie, 25/02/2012]