Tous les Tweets
Précédent:
Suivant:
zoutvaatje

3.37 Le Saint-Esprit descend-il sur nous une seconde fois lors de la confirmation ?

Les sacrements

Au moment du baptême, une personne ‘nait’ dans la vie chrétienne. Elle reçoit directement le Saint-Esprit. Pendant la confirmation, ceux qui ont été baptisés enfants peuvent renouveler l’engagement que leurs parents avaient pris pour eux au baptême.

Une personne baptisée adulte est en générale confirmée tout de suite après. Le sacrement de confirmation confirme et atteste de la présence de l’Esprit-Saint.

> Approfondissez grâce au livre

La confirmation renforce le don du Saint-Esprit reçu au baptême. Proche de l’Église, le catholique confirmé témoigne de l’amour de Dieu.

La Sagesse de l’Église

Pourquoi parle-t-on de la Chrismation ou de la Confirmation ?

On dit Chrismation (dans les Églises orientales on parle de Chrismation avec le saint-myron, qui veut dire saint-chrême), parce que le rite essentiel en est l’onction. On l’appelle Confirmation, parce qu’elle confirme et renforce la grâce baptismale. [CCEC 266]

Quel est le rite essentiel de la Confirmation ?

Le rite essentiel de la Confirmation est l’onction avec le saint-chrême (huile parfumée, consacrée par l’Évêque). Il s’effectue par l’imposition des mains par le ministre, qui prononce les paroles sacramentelles propres au sacrement. En Occident, cette onction est faite sur le front des baptisés avec ces paroles : « Sois marqué de l’Esprit Saint, le don de Dieu ». Dans les Églises orientales de rite byzantin, l’onction est faite aussi sur d’autres parties du corps, avec la formule : « Je te marque du don de l’Esprit Saint ». [CCEC 267]

Qu'est-ce que la confirmation ?

La confirmation est le sacrement qui parfait le baptême, et par lequel nous recevons le don de l'Esprit- Saint. Celui qui fait le libre choix de vivre en enfant de Dieu, et qui demande à recevoir l'Esprit de Dieu par les signes de l'imposition des mains et de l'onction au SAINT CHRÊME, reçoit une force particulière pour témoigner, en paroles et en actes, de l'amour et de la puissance de Dieu. Il devient alors un membre à part entière et responsable de l'Église catholique.

Quand un entraîneur envoie un footballeur sur le terrain, il pose sa main sur son épaule et lui donne ses indications. C'est ainsi que l'on peut comprendre la confirmation : on nous impose les mains, et nous entrons sur le terrain de la vie. Grâce à l'Esprit-Saint nous savons ce que nous avons à faire. Il nous a motivés dans tout notre être, et ce qu'il nous demande tinte à nos oreilles. Nous sentons son aide. Nous ne décevrons pas sa confiance et nous ferons tourner le match en sa faveur. Il nous suffit simplement de vouloir, et de l'écouter. [Youcat 203]

Que dit l'Écriture sainte sur le sacrement de la confirmation ?

Déjà dans l'Ancien Testament, le peuple de Dieu attendait l’effusion, la venue, de l’Esprit-Saint sur le Messie. Jésus vécut durant toute sa vie dans un Esprit tout particulier d’amour et de communion parfaite avec son Père au ciel. Cet Esprit de Jésus était « l’Esprit-Saint », que le peuple d’Israël désirait ; et ce fut ce même Esprit que Jésus promit à ses disciples, ce même Esprit qui descendit sur les disciples cinquante jours après Pâques, le jour de la Pentecôte. Et c’est encore cet Esprit-Saint de Jésus qui descend sur tous ceux qui reçoivent le sacrement de la confirmation. [Youcat 204]

Que se passe-t-il lors de la confirmation ?

Lors de la confirmation, un chrétien baptisé est marqué d'un sceau indélébile que l'on ne peut recevoir qu'une seule fois, et qui marque cette personne en tant que chrétien pour toujours. Le don de l'Esprit-Saint est la force d'en haut qui permet au chrétien d'accomplir la grâce de son baptême à travers sa vie, et d'être « témoin » du Christ.

Se faire confirmer, c'est conclure « un contrat » avec Dieu. Le confirmand dit : « Oui, je crois en Toi, mon Dieu, donne-moi ton Esprit afin que je t'appartienne totalement, que je ne sois jamais séparé de toi, et que je sois ton témoin durant toute ma vie, de toute mon âme et de tout mon corps, en actes et en paroles, dans les bons et les mauvais jours. » Et Dieu dit : « Moi aussi je crois en toi, mon enfant – et je vais te donner mon Esprit, oui, me donner moi-même. Je vais tout entier t'appartenir. Je ne me séparerai jamais de toi, ici-bas et dans la vie éternelle. Je serai dans ton âme et dans ton corps, dans tes actes et tes paroles. Même si tu m'oublies, je serai là quand même – dans les bons, et les mauvais jours. » [Youcat 205]

Qui peut être confirmé, et qu'exige-t-on de celui qui demande à l'être ?

Tout chrétien catholique ayant reçu le sacrement du baptême et qui est en « état de grâce » peut être autorisé à recevoir la confirmation.

« Être en état de grâce », cela signifie : ne pas avoir commis de péché grave (mortel). Par un péché grave, on se sépare de Dieu, et on ne peut être réconcilié avec Dieu qu'en recourant au sacrement de pénitence. Un (jeune) chrétien qui se prépare à la confirmation se trouve dans une des phases les plus importantes de sa vie. Il fera tout pour comprendre sa foi avec son cœur et son intelligence ; il priera l'Esprit-Saint seul et avec d'autres ; il se réconciliera avec lui-même, avec son entourage, et avec Dieu, grâce à la confession, qui permet aussi de se rapprocher de Dieu quand on n'a pas commis de péché grave. [Youcat 206]

Voici ce que disent les Pères de l’Église

Ce saint parfum, après l'invocation pour obtenir le Saint-Esprit, n'est plus un parfum ordinaire […]. Il est don spirituel du Christ, devenu, par la présence de l'Esprit Saint, agent efficace de sa divinité. C'est de ce parfum qu'on te chrisme symboliquement sur le front et les autres organes des sens. Tandis que ton corps est oint de parfum visible, l'âme est sanctifiée par le saint et vivifiant Esprit. [Saint Cyrille de Jérusalem, Catéchèses Mystagogique, III,3]