Tous les Tweets
Précédent:
Suivant:
soldaten

4.44 Les chrétiens peuvent-ils s’engager dans l’armée ou faire la guerre ?

Société et communauté

C’est très chrétien d’aider à atteindre la paix et la sécurité. C’est justement la mission des militaires. La violence que les soldats sont obligés d’utiliser répond à une menace imminente, de façon proportionnelle, sachant qu’il n’y a pas d’autre solution.

Le pape Jean-Paul II a dit en 2003 : « Non à la guerre ! Elle n’est jamais une fatalité. Elle est toujours une défaite de l’humanité. »

> Approfondissez grâce au livre

Œuvrer pour la paix et la justice est très chrétien. La guerre est parfois inévitable, mais elle est toujours une défaite pour l’humanité.

La Sagesse de l’Église

Que demande le Seigneur à toute personne en ce qui concerne la paix ?

Le Seigneur, qui a proclamé « bienheureux les artisans de paix » (Mt 5, 9), demande la paix du cœur et dénonce l’immoralité de la colère, qui est un désir de vengeance pour le mal subi, et la haine, qui porte à désirer le mal pour le prochain. Ces comportements, s’ils sont volontaires et consentis dans des matières de grande importance, sont des péchés graves contre la charité. [CCEC 480]

Que réclame la paix dans le monde ?

La paix dans le monde réclame une distribution équitable et la protection des biens des personnes, la libre communication entre les êtres humains, le respect de la dignité des personnes et des peuples, la pratique assidue de la justice et de la fraternité. [CCEC 482]

En cas de menace de guerre, à qui appartient-il d’apprécier de manière rigoureuse de telles conditions ?

Cela appartient au jugement prudent des Gouvernants, auxquels revient aussi le droit d’imposer aux citoyens l’obligation de la défense nationale, étant sauf le droit personnel à l’objection de conscience, obligation qui peut être réalisée par d’autres formes de service de la communauté humaine. [CCEC 484]

En cas de guerre, que demande la loi morale ?

La loi morale demeure toujours valide, même en cas de guerre. Elle demande que soient traités avec humanité les non-combattants, les soldats blessés et les prisonniers. Les actes délibérément contraires au droit des gens et les ordres qui les commandent sont des crimes que l’obéissance aveugle ne suffit pas à excuser. Il faut condamner les destructions massives, ainsi que l’extermination d’un peuple ou d’une minorité ethnique. Ce sont des péchés très graves et on est moralement tenu de résister aux ordres de ceux qui les commandent. [CCEC 485]

Que faut-il faire pour éviter la guerre ?

On doit faire ce qui est raisonnablement possible pour éviter à tout prix la guerre, étant donné les maux et les injustices qu’elle provoque. En particulier, il faut éviter l’accumulation et le commerce des armes non dûment réglementées par les pouvoirs légitimes ; les injustices, surtout économiques et sociales ; les discriminations ethniques et religieuses ; l’envie, la défiance, l’orgueil et l’esprit de vengeance. Tout ce qui est fait pour vaincre ces désordres et d’autres encore contribue à édifier la paix et à éviter la guerre. [CCEC 486]

Qu'est-ce que la paix ?

La paix est fruit de la justice et signe d'une charité active. Quand règne la paix, « toute créature peut parvenir en bon ordre à la tranquillité » (saint Thomas d'Aquin). La paix terrestre est image de la paix du Christ, qui a réconcilié le ciel et la terre.

La paix est davantage que l'absence de guerre et qu'un équilibre savamment dosé de forces adverses (« l'équilibre de la terreur »). En paix, chacun peut vivre en sécurité, profiter des biens qu'il a justement acquis et communiquer librement. En paix, la dignité et la liberté d'expression des individus et des peuples sont respectées et coexistent dans une solidarité fraternelle. [Youcat 395] 

Est-il important de savoir contrôler sa colère ?

Saint Paul dit : Emportez-vous, mais ne commettez pas le péché : que le soleil ne se couche pas sur votre colère (Ep 4,26).

La colère est d'abord une réaction naturelle que l'on éprouve face à une injustice. Mais quand la colère se change en haine qui veut du mal au prochain, cette émotion normale se transforme alors en un manque grave de charité. Toute colère non contrôlée, en particulier avec des idées de vengeance, va à l'encontre de la paix et détruit « la tranquillité de l'ordre ». [Youcat 396]

Que pense Jésus de la non-violence ?

Jésus valorise beaucoup l'action non violente. Il exhorte ainsi ses disciples : Je vous dis de ne pas tenir tête au méchant au contraire, quelqu'un te donne-t-il un soufflet sur la joue droite, tends-lui encore l'autre (Mt 5, 39).

À Pierre qui veut le défendre par la force, Jésus dit : Rentre le glaive dans le fourreau (Jn 18, 11). Jésus n'appelle pas à prendre les armes. Il se tait devant Pilate, Son chemin est de se ranger aux côtés des victimes, d'aller jusqu'à la croix, de sauver le monde par amour et de récompenser les artisans de paix. C'est pourquoi l'Église respecte aussi les hommes, qui, par objection de conscience, refusent de prendre part au service armé, mais acceptent un service civique. [Youcat 397]

Les chrétiens doivent-ils être pacifistes ?

L'Église lutte pour la paix, mais elle ne prône pas un pacifisme radical. On ne peut dénier aux citoyens ni aux gouvernants le droit fondamental de se défendre légitimement par les armes. Mais la guerre n'est moralement justifiable qu'en dernier recours.

L'Église dit un non sans équivoque à la guerre. Les chrétiens doivent tout faire pour éviter que les guerres n'éclatent en étant contre la course aux armements, en luttant contre toute forme de discrimination raciste, ethnique et religieuse, et en contribuant à mettre fin à toute injustice commerciale et sociale. C'est ainsi qu'ils veulent consolider la paix. [Youcat 398]

Quand peut-on consentir à l'emploi de la force militaire ?

Le recours à la force militaire n'est admissible qu'en cas de légitime défense. Pour qu'une guerre soit « juste », il faut qu'elle réponde aux critères suivants : 1. Qu'elle soit conduite par une autorité responsable ; 2. Que le motif soit juste ; 3. Que l'intention soit juste ; 4. Que la guerre soit le dernier recours possible ; 5. Que les moyens mis en œuvre soient proportionnés à l'agression ; 6. Que le succès soit envisageable. [Youcat 399]

Voici ce que disent les papes

[Vous, forces armées, êtes] engagés dans la défense de la paix et de la vie. […] le travail et le sacrifice de chacun de vous aident à assurer la paix et la sécurité des individus et des sociétés. Je prie pour que vous-mêmes soyez toujours préservés quand vous remplissez vos devoirs professionnels et pour que les dons divins de la sagesse et de la force vous accompagnent toujours au service de vos pays et de vos semblables. [Jean-Paul II, Angélus, 19/11/2000]