Tous les Tweets
Précédent:
Suivant:
strijd met Eqyptenaren in de Rode Zee

4.43 Sommes-nous autorisés à employer la force pour nous défendre ?

Société et communauté

C’est le devoir du chrétien que de protéger la vie reçue de Dieu. La force ou la violence peuvent être utilisées si nécessaire pour se défendre ou défendre autrui. La force doit toujours être proportionnelle à l’attaque.

Nous devons protéger les autres. Selon l’exemple de Jésus, tu peux même sacrifier ta propre vie pour autrui. Jésus a dit à ses disciples : « Si quelqu’un te gifle sur la joue droite, tends-lui encore l’autre. » (Mat 5,39)Mat 5,39 : Eh bien ! moi, je vous dis de ne pas riposter au méchant ; mais si quelqu’un te gifle sur la joue droite, tends-lui encore l’autre.. Il a lui-même répondu à la violence par un sacrifice d’amour.

> Approfondissez grâce au livre

Vous avez le droit de vous défendre et de défendre les autres, en employant la force, lorsque cela est nécessaire. Pour vous-mêmes, vous pouvez choisir la non-violence et le sacrifice.

La Sagesse de l’Église

Pourquoi faut-il respecter la vie humaine?

Parce que la vie humaine est sacrée. Dès son origine, elle comporte l’action créatrice de Dieu et demeure pour toujours dans une relation spéciale avec le Créateur, son unique fin. Il n’est permis à personne de détruire directement un être humain innocent, car cela est gravement contraire à la dignité de la personne et à la sainteté du Créateur. « Vous ne ferez pas mourir l’innocent et le juste » (Ex 23, 7). [CCEC 466]

Qu’interdit le cinquième commandement ?

Le cinquième commandement interdit comme gravement contraires à la loi morale : L’homicide direct et volontaire, ainsi que la coopération à celui-ci ; l’avortement direct, recherché comme fin et comme moyen, ainsi que la coopération à cet acte, avec la peine d’excommunication, parce que l’être humain, dès sa conception, doit être défendu et protégé de manière absolue dans son intégrité ; l’euthanasie directe, qui consiste à mettre fin, par un acte ou par l’omission d’une action requise, à la vie de personnes handicapées, malades ou proches de la mort ; le suicide et la coopération volontaire à celui-ci, parce qu’il est une offense grave au juste amour de Dieu, de soi-même et du prochain ; quant à la responsabilité, elle peut être aggravée en raison du scandale ou diminuée par des troubles psychiques particuliers ou par de graves craintes. [CCEC 470]

Pourquoi la légitime défense des personnes et des sociétés n’est-elle pas contraire à cette règle absolue?

Par la légitime défense, on fait le choix de se défendre et de mettre en valeur le droit à la vie, la sienne propre ou celle d’autrui, et non le choix de tuer. Pour qui a la responsabilité de la vie d’autrui, la légitime défense peut être aussi un devoir grave. Toutefois, elle ne doit pas comporter un usage de la violence plus grande que ce qui est nécessaire. [CCEC 467]

Pourquoi n'a-t-on pas le droit d'attenter à sa propre vie ni à celle d'un autre ?

Dieu, seul, est le maître de la vie et de la mort. Sauf en cas de légitime défense, il n'est permis à personne de tuer un autre homme.

Porter atteinte à la vie humaine est un outrage à Dieu. La vie humaine est sacrée, c'est-à-dire qu'elle appartient à Dieu, elle est sa propriété. Même notre propre vie ne nous est que confiée. Dieu nous l'a donnée, lui seul peut nous la reprendre. Le livre de l'Exode dit textuellement : Tu ne tueras pas ! (Ex 20, 13.) [Youcat 378]

Quels actes sont interdits par le cinquième commandement ?

L'homicide et la coopération à celui-ci sont interdits. L'assassinat en situation de guerre est interdit. L'avortement direct d'un être humain est interdit dès sa conception. Le suicide, l'automutilation ou l'auto- destruction sont interdits. L'euthanasie, c'est-à-dire le meurtre de personnes handicapées, malades ou mourantes est aussi interdite.

On essaie souvent aujourd'hui de contourner l'interdit du meurtre en avançant des arguments qui sont humanistes en apparence. Mais ni l'euthanasie ni l'avortement ne sont des solutions humanistes. C'est pourquoi l'Église est d'une très grande clarté sur ces sujets. Celui qui prend part à un avortement, qui incite autrui à le pratiquer, ou le lui conseille, est excommunié - ceci est valable dans tous les autres cas d'atteinte à la vie humaine. Si un malade mental se suicide, sa responsabilité est cependant diminuée ; elle est souvent considérée comme nulle. [Youcat 379]

En cas de légitime défense peut-on risquer de tuer quelqu'un ?

Tout homme qui agresse la vie d'autrui doit être empêché de le faire, même si cela doit entraîner sa mort.

La légitime défense n'est pas seulement un droit, elle peut être un devoir grave pour celui qui est responsable de la vie d'autrui. Elle ne doit cependant pas recourir à des moyens disproportionnés ou à une violence démesurée. [Youcat 380]

Voici ce que disent les papes

Chaque peuple, chaque Gouvernement a le droit et le devoir de protéger par des moyens proportionnés son existence et sa liberté contre un injuste agresseur. Mais la guerre apparaît de plus en plus comme le moyen le plus barbare et le plus inefficace de résoudre les conflits entre deux pays ou de conquérir le pouvoir dans son propre pays. Ne faudrait-il pas réduire les armes au niveau compatible avec la légitime défense, en renonçant à celles qui ne peuvent en aucune façon se ranger dans cette catégorie ? [Jean-Paul II, Discours au corps Diplomatique, 10/01/1987]