Tous les Tweets
Précédent:
Suivant:
donkere wolken voor de zon

1.34 Dieu a-t-il créé le mal ? Qu'a-t-il à voir avec mes péchés ?

Mal et souffrance

Il semble incompréhensible pour nous que Dieu n’intervienne pas quand des malheurs arrivent. Tout mal est contraire à son grand amour. En tant qu’êtres humains, nous ne pouvons pas concevoir l’origine du mal. Une explication partielle serait que nous, humains, qui avons été créés pour le bien par Dieu, pouvons faire utiliser notre libre arbitre à tort.

Nous pouvons choisir le bien (la Volonté de Dieu) mais aussi le mal. Quand nous faisons le mauvais choix, nous savons au fond que nous ne faisons pas la bonne chose : nous péchons. C’est pour cela que Jésus est venu et est mort sur la croix (Rm 5,20)Rm 5,20 : Quant à la loi de Moïse, elle est intervenue pour que se multiplie la faute ; mais là où le péché s’est multiplié, la grâce a surabondé. : il rachète tous nos péchés, c’est extraordinaire !

> Approfondissez grâce au livre

Dieu a créé tout chose bonne. Il nous a donné la volonté libre pour pouvoir choisir de faire ce qui est bien. Le mal résulte de l'abus de notre liberté de pécher.

La Sagesse de l’Église

Qu’est-ce que le péché ?

Le péché est fondamentalement rejet de Dieu et refus d’accueillir son amour. Il se manifeste par le mépris de ses commandements.

Le péché est plus qu’un comportement fautif ; et il n’est pas une simple faiblesse psychologique. Au fond, tout rejet ou destruction de quelque chose de bon est en fait rejet du bien pour le mal, le rejet de Dieu. Dans sa dimension la plus profonde et la plus effrayante, le péché est une séparation avec Dieu, avec la source de la vie. C’est pourquoi la mort est la conséquence logique du péché. Ce n’est pas par Jésus que nous comprenons la dimension insondable du péché : par solidarité avec les hommes qui rejettent Dieu dans le péché, Jésus a souffert dans son propre corps les conséquences du péché. Il a pris sur lui la puissance mortelle du péché afin qu’elle ne nous atteigne pas. Le mot « rédemption » exprime tout cela. [Youcat 67]

Si Dieu est tout-puissant et providence, pourquoi alors le mal existe-t-il ?

Seul l’ensemble de la foi chrétienne peut donner réponse à cette question, à la fois douloureuse et mystérieuse. En aucune manière, Dieu n’est la cause du mal, ni directement, ni indirectement. Il éclaire le mystère du mal par son Fils Jésus Christ, mort et ressuscité pour vaincre le grand mal moral qu’est le péché des hommes, racine des autres maux. [CCEC 57]

Pourquoi Dieu permet-il le mal ?

La foi nous donne la certitude que Dieu ne permettrait pas le mal s’il ne faisait pas sortir le bien du mal lui-même. Cela, Dieu l’a déjà merveilleusement accompli dans la mort et la résurrection du Christ. En effet, du mal moral le plus grand, la mort de son Fils, il a tiré les plus grands biens, la glorification du Christ et notre rédemption. [CCEC 58]

Le baptême est-il effectivement le seul chemin du salut ?

Pour tous ceux qui ont accueilli l’Évangile et qui ont entendu dire que le Christ est le chemin, la Vérité et la Vie (Jn 14,6), le baptême est le seul chemin vers Dieu et vers le salut. Cependant, il est aussi vrai que le Christ est mort pour tous. Tous les hommes sont donc appelés au salut, même ceux qui n’ont pas eu l’occasion de découvrir vraiment le Christ et la foi, mais qui cherchent Dieu d’un cœur honnête et qui mènent une vie en conformité avec leur conscience (on appelle cela le baptême du désir).

Dieu a lié le salut aux sacrements. C’est pourquoi l’Église doit les offrir à l’humanité sans relâche. Renoncer à cette mission serait trahir le mandat de Dieu. Mais Dieu lui-même n’est pas lié à ses sacrements. Là où l’Église ne parvient pas, ou échoue – que ce soit par sa faute ou pour d’autres raisons –, Dieu lui-même ouvre aux hommes un autre chemin vers le salut. [Youcat 199]

Voici ce que disent les papes

Dieu est fidèle à son dessein éternel même quand l'homme, poussé par le Mauvais et entraîné par son orgueil, abuse de la liberté qui lui a été donnée pour aimer et rechercher généreusement le bien, refusant ainsi d'obéir à son Seigneur et Père. [Jean-Paul II, Reconciliatio et Paenitentia, 10]