Tous les Tweets
Précédent:
Suivant:
bliksem

1.35 Si Dieu est tout-puissant, pourquoi y a-t-il des catastrophes ? Pourquoi le mal existe-t-il ?

Mal et souffrance

Il y a une différence entre le mal causé par l’homme et d’autres malheurs comme les catastrophes naturelles. L’homme a reçu de Dieu le libre arbitre et peut ainsi faire des choix, bons ou mauvais. Si Dieu intervenait, ce ne serait plus libre !

Quant aux catastrophes naturelles et la raison pour laquelle Dieu n’intervient pas pour arrêter le mal atroce causé par des individus, cela reste un mystère. Ce n’est, en revanche, jamais une punition de Dieu, lui qui est plein d’amour. Dieu compatit avec ceux qui souffrent et incite les personnes à s’entraider. Si nous coopérons avec lui, le mal n’aura jamais le dernier mot.

> Approfondissez grâce au livre

Ni le monde ni les gens qui l'habitent ne sont parfaits ; de mauvaises choses ne cessent d'arriver. Dieu prouve sa toute-puissance en faisant sortir un bien d'un mal.

La Sagesse de l’Église

Si Dieu sait et peut tout, pourquoi n'empêche-t-il pas le mal ?

« Dieu ne tolère le mal que pour en faire sortir quelque chose de mieux » (St Thomas d’Aquin). 

Le mal dans le monde est un sombre et douloureux mystère. Le Crucifié lui-même a demandé à son Père : Mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? (Mt 27,46). Beaucoup de choses dans ce domaine restent incompréhensibles. Mais nous savons une chose avec certitude : Dieu est bon à cent pour cent. Il ne pourra jamais être l’auteur de quelque chose de mauvais. Dieu a créé un monde bon, mais inachevé. Par des bouleversements violents et des processus douloureux, le monde va vers son achèvement. Il convient de mieux distinguer ce que l’Église appelle le mal physique, un handicap congénital par exemple ou une catastrophe naturelle, et le mal moral, qui vient du mauvais usage de la liberté dans le monde. « L’enfer sur terre » – enfants soldats, attentats-suicides, camps de concentration – est surtout l’œuvre des hommes. La question déterminante n’est donc pas : « Comment peut-on croire en un Dieu bon alors qu’il y a tant de mal ? », mais : « Comment un être humain doté de cœur et de raison pourrait supporter de vivre en ce monde, si Dieu n’existait pas ? » La mort et la résurrection du Christ nous montrent que le mal n’a pas le premier mot et n’aura pas le dernier mot. Du pire, Dieu fait surgir le bien absolu. Nous croyons qu’au Jugement dernier, Dieu mettra un terme à toute injustice. Dans la vie du monde à venir, le mal n’aura plus de place et la souffrance aura une fin. [Youcat 51]

Voici ce que disent les Pères de l’Église

Et c’est avec raison qu’on appelle [Dieu] Tout-Puissant, lui, qui cependant ne peut ni mourir ni être trompé. Car il est Tout-Puissant à la condition de faire ce qu’il veut et non de souffrir ce qu’il ne veut pas. [Saint Augustin, La Cité de Dieu, Livre 5, Chap X]