Tous les Tweets
Précédent:
Suivant:
de pil

4.25 Comment fonctionnent les méthodes naturelles ?

Sexualité

Contrairement à la pilule et autres contraceptifs rejetés par l’Église, la planification familiale naturelle est fondée sur la gestion consciente par un couple de sa fertilité.

Les méthodes naturelles se servent efficacement de l’observation des évolutions du corps de la femme. La différence essentielle avec les contraceptifs est qu’ainsi, un couple opte délibérément pour une façon saine, responsable et naturelle de vivre leur amour ensemble dans le mariage.

> Approfondissez grâce au livre

La PFN fonctionne en observant certains signes corporels indiquant au couple si la femme se trouve dans une phase de fertilité.

La Sagesse de l’Église

Quand la régulation des naissances est-elle morale ?

La régulation des naissances, qui représente un des aspects de la paternité et de la maternité responsables, est objectivement conforme à la morale quand elle se vit entre les époux sans contrainte extérieure, ni par égoïsme, mais pour des motifs sérieux et par des méthodes conformes aux critères objectifs de moralité, à savoir par la continence périodique et le recours aux périodes infécondes. [CCEC 497]

Quels sont les moyens de régulation des naissances qui sont immoraux ?

Est intrinsèquement immorale toute action – comme, par exemple, la stérilisation directe ou la contraception – qui, en prévision de l’acte conjugal ou dans sa réalisation ou encore dans ses conséquences naturelles, se propose, comme but et comme moyen, d’empêcher la procréation. [CCEC 498]

Est-ce qu'un couple chrétien a le droit de pratiquer la régulation des naissances ?

Oui, un couple chrétien a le droit et le devoir d'être responsable en ce qui concerne son don de transmission de la vie.

Il y a parfois des circonstances sociales ou des raisons psychiques ou de santé qui feraient d'un enfant en plus une charge trop lourde, voire surhumaine pour le couple. Il existe alors des critères très clairs à considérer. Réguler les naissances, ce n'est pas : 1. Exclure par principe toute conception d'un enfant. 2. Refuser les enfants par égoïsme, 3. Subir une contrainte extérieure, venant par exemple de l'État qui déciderait d'un nombre d'enfants permis par couple. 4. Considérer que tous les moyens peuvent être utilisés. [Youcat 420]

Pourquoi certains moyens d'empêcher la conception d'un enfant ne sont-ils pas bons ?

Comme moyens de régulation des naissances, l'Église propose les méthodes précises fondées sur l'auto-observation et la planification naturelle de la famille. Elles sont conformes à la dignité de l'homme et de la femme ; elles respectent les lois physiologiques du cycle féminin. Elles favorisent la tendresse et les égards entre les époux, et sont par conséquent une école d'apprentissage de l'amour.

L'Église respecte attentivement l'ordre de la nature, et voit en lui un sens profond. Pour l'Église, ce n'est pas la même chose qu'un couple intervienne artificiellement sur la fécondité de la femme ou qu'il utilise naturellement les périodes fécondes et infécondes du cycle féminin. La « planification naturelle de la famille » respecte l'intégralité de la personne, favorise l'affection entre les conjoints et n'entame pas la santé. En outre, lorsqu'elle est bien conduite, elle passe pour avoir un taux d'échecs moindre que la contraception orale (« la pilule », Pearl-Index). En revanche, l'Église refuse tous Les moyens artificiels de contraception, entendus ici les moyens chimiques (« La pilule »), les moyens mécaniques (par exemple, le préservatif, le stérilet, etc.) et les moyens chirurgicaux (la stérilisation), car ils interviennent, par manipulation, sur le lien indissoluble entre les aspects d'union et de procréation de l'acte conjugal. Ces moyens de contraception peuvent même nuire à la santé de la femme, provoquer des avortements précoces et, à la longue, détériorer la vie amoureuse du couple. [Youcat 421]

Voici ce que disent les papes

Les méthodes naturelles de régulation de la fertilité sont à promouvoir comme des appuis solides à la paternité et à la maternité responsables, par lesquelles toute personne, à commencer par l'enfant, est reconnue et respectée pour elle-même et tout choix est motivé et guidé à l'aune du don total de soi. Les conseillers conjugaux et familiaux, par leur action spécifique de conseil et de prévention, déployée à la lumière d'une anthropologie en harmonie avec la conception chrétienne de la personne, du couple et de la sexualité, constituent aussi des auxiliaires précieux pour redécouvrir le sens de l'amour et de la vie, et pour soutenir et accompagner chaque famille dans sa mission de « sanctuaire de la vie ». [Jean-Paul II, Evangelium Vitae, 88]