Tous les Tweets
Précédent:
Suivant:
bbq

3.19 Les musulmans et les juifs ne mangent pas de porc. Et les catholiques ?

Traditions et dévotions

L’Ancien Testament déclarait les porcs somme impurs ou sales, interdisant de facto leur consommation (Lv 11,7)Lv 11,7 : Le porc car, bien qu’ayant le sabot fourchu, fendu en deux ongles, il ne rumine pas, il est impur pour vous.. Cependant Jésus a dit que les chrétiens peuvent manger de tout (Mc 7,18-19)Mc 7,18-19 : Alors il leur dit : « Êtes-vous donc sans intelligence, vous aussi ? Ne comprenez-vous pas que tout ce qui entre dans l’homme, en venant du dehors, ne peut pas le rendre impur, parce que cela n’entre pas dans son cœur, mais dans son ventre, pour être éliminé ? » C’est ainsi que Jésus déclarait purs tous les aliments., bien que la gourmandise ou l’avidité restent des torts. Il y a également des jours d’abstinence, pendant lesquels les catholiques se privent de viande. Le Mercredi des Cendres et le Vendredi Saint sont des exemples de ces jours d’abstinence obligatoire.

Afin de vivre plus proche de Dieu, il est parfois conseillé de manger ou boire moins de temps en temps. Cela s’appelle le jeûne. Nous le faisons en général les quarante jours avant Pâques. Cela nous permet de nous rappeler et d’être des témoins vivants que Dieu est plus important que la nourriture dans nos vies.

> Approfondissez grâce au livre

En nous abstenant de viande les vendredis et en jeûnant, nous nous unissons au sacrifice de Jésus et nous faisons de la place à Dieu dans notre vie.

La Sagesse de l’Église

Quels sont les « cinq commandements de l’Église » ?

1. Participer à la messe les dimanches et jours de fête. Cesser tout travail et toute activité qui nuirait au caractère sacré de ces jours.
2. Se confesser au moins une fois l’an.
3. Recevoir le sacrement de l’Eucharistie au moins à Pâques.
4. S’abstenir de manger de la viande (le mercredi des Cendres et les vendredis de Carême) et jeûner aux jours fixés (mercredi des Cendres et Vendredi Saint).
5. Subvenir aux besoins matériels de l’Église.
[Youcat 345]

Voici ce que disent les papes

Saint Grégoire le Grand rappelait, dans sa Règle pastorale, que le jeûne est rendu saint par les vertus qui l’accompagnent, en particulier par la charité, par chaque geste de générosité, qui donne aux pauvres et aux indigents le fruit d’une privation. […] Saint Augustin dit que le jeûne et l’aumône sont « les deux ailes de la prière » qui lui permettent de prendre plus facilement son élan et de parvenir jusqu’à Dieu. [Benoît XVI, Audience Générale, 09/03/2011]