Tous les Tweets
Précédent:
Suivant:
kerkelijk huwelijk

4.21 Pourquoi choisir le célibat si les gens sont faits pour le mariage ?

Sexualité

Le mariage et le célibat sont deux façons d’obéir à Dieu et de porter du fruit pour un chrétien (Gn 1,28)Gn 1,28 : Dieu les bénit et leur dit : « Soyez féconds et multipliez-vous, remplissez la terre et soumettez-la. Soyez les maîtres des poissons de la mer, des oiseaux du ciel, et de tous les animaux qui vont et viennent sur la terre. ». Dans le mariage, un homme et une femme se consacrent l’un à l’autre par amour. Dans le célibat, la personne se consacre à l’amour de Dieu seulement, sans avoir de relation sexuelle.

Grâce à cet engagement, une personne célibataire être prête à faire tout ce que Dieu demande d’elle, partout et à tout moment. Les religieux et religieuses qui se consacrent à Dieu trouvent le bonheur dans leur vie. C’est un peu comme un avant-goût du paradis, où nul ne sera plus marié.

> Approfondissez grâce au livre

Jésus n’était pas marié. Choisir de ne pas se marier pour le Christ est la manière la plus proche de suivre son exemple.

La Sagesse de l’Église

Comment le peuple de Dieu est-il composé ?

Dans l’Église, par institution divine, il y a les ministres sacrés, qui ont reçu le sacrement de l’Ordre et qui forment la hiérarchie de l’Église. Les autres sont appelés laïcs. Des uns et des autres sont issus des fidèles qui se consacrent à Dieu de façon particulière par la profession des conseils évangéliques : la chasteté dans le célibat, la pauvreté et l’obéissance. [CCEC 178]

Qu’est-ce que la vie consacrée ?

C’est un état de vie reconnu par l’Église. Il est une réponse libre à un appel particulier du Christ, dans lequel les personnes consacrées se donnent totalement à Dieu et tendent à la perfection de la charité sous la motion de l’Esprit Saint. Cette consécration se caractérise par la pratique des conseils évangéliques. [CCEC 192]

Que procure la vie consacrée à la mission de l’Église ?

La vie consacrée participe à la mission de l’Église par un don total de soi au Christ et à ses frères, témoignant de l’espérance du Royaume des cieux. [CCEC 193]

Le célibat est-il requis de celui qui reçoit le sacrement ?

Le célibat est toujours requis pour l’épiscopat. Pour le presbytérat, dans l’Église latine sont choisis de manière ordinaire des hommes croyants qui vivent dans le célibat et qui veulent le garder « à cause du Royaume des cieux » (Mt 19, 12). Dans les Églises orientales, on n’accepte pas le mariage après l’ordination. Des hommes déjà mariés peuvent eux aussi accéder au diaconat permanent. [CCEC 334]

Comment l'Église une, sainte, catholique et apostolique est-elle structurée ?

Dans l'Église, on distingue des laïcs et des clercs (clergé). En tant qu'enfants de Dieu, ils ont la même dignité. Bien que différentes, Leurs tâches sont d'égale valeur. La mission des laïcs est d'orienter le monde entier vers le Royaume de Dieu. Des ministres ordonnés (les clercs) leur sont associés ; ils ont la responsabilité de gouverner l'Église, d'enseigner et de sanctifier. Dans l'une et l'autre catégorie, il existe des chrétiens consacrés à Dieu d'une manière particulière par la pauvreté, la chasteté et l'obéissance (dans les ordres religieux par exemple).

Tout chrétien a le devoir de témoigner de l'Évangile par sa propre vie. Mais chacun marche avec Dieu à sa manière. À certains, il confie la mission de laïcs afin qu'ils construisent le Royaume de Dieu au milieu du monde par leur famille et leur profession : il leur donne par le baptême et la confirmation tous les dons de l'Esprit- Saint dont ils ont besoin. À d'autres confirmés, il confie la charge de pasteurs : ils doivent gouverner son peuple, l'enseigner et le sanctifier. Personne ne peut avoir l'audace de s'attribuer cette fonction : le Seigneur lui-même doit la lui donner et, par le sacrement de l'ordination, lui transmettre la puissance divine qui lui permettra d'agir au nom du Christ et de célébrer les sacrements. [Youcat 138]

Pourquoi Jésus veut-il qu'il y ait des chrétiens qui s'engagent à vivre pour toujours dans la pauvreté, la chasteté et l'obéissance ?

Dieu est amour. Il désire aussi notre amour. Une manière de se donner à Dieu par amour est de vivre comme Jésus - c'est-à-dire pauvre, chaste et obéissant. Celui qui vit ainsi à la tête, le cœur et les mains libres pour Dieu et les hommes.

Il y a des hommes et des femmes qui se laissent totalement conquérir par Jésus, si bien qu'ils abandonnent tout pour Dieu à cause du Royaume des deux (Mt 19, 12) - même des dons aussi beaux que leurs avoirs, leur autonomie, l'amour conjugal. Cette vie selon les conseils évangéliques dans La pauvreté, la chasteté et l'obéissance montre à tous les chrétiens que le monde n'est pas tout. Ce n'est que le « face-à-face » avec l'époux divin qui rendra l'homme définitivement heureux. [Youcat 145]

Pourquoi l’Église demande-t-elle que les prêtres et les évêques soient célibataires ?

Jésus vécut en célibataire et voulut ainsi exprimer son amour sans partage pour Dieu le Père. Adopter le même mode de vie que Jésus et vivre dans la chasteté du célibat en vue du Royaume des cieux (Mt 19,12) est depuis l’époque de Jésus un signe d’amour, du don sans partage au Seigneur et de la totale disponibilité au service. L’Église catholique romaine réclame cette pratique de ses évêques et de ses prêtres ; les églises orientales, uniquement de leurs évêques.

Le célibat, selon Benoît XVI, ne peut pas signifier « que l’on reste vide en amour, au contraire, il doit signifier que l’on se laisse saisir par la passion de Dieu ». Un prêtre, par son célibat, doit montrer que sa vie est féconde parce qu’il rend présenta la paternité de Dieu et de Jésus. Le pape nous dit encore : « Le Christ a besoin de prêtres mûrs et courageux, capables d’exercer une véritable paternité spirituelle. » [Youcat 258]

Voici ce que disent les Pères de l’Église

De même recommande à mes frères "d’aimer leurs femmes comme le Seigneur a aimé l’Église". Si quelqu’un peut demeurer dans la chasteté en l’honneur de la chair du Seigneur, qu’il demeure dans l’humilité. […] Que tout se fasse pour l’honneur de Dieu. [Saint Ignace d’Antioche, Lettre à Saint Polycarpe, V,2]