Tous les Tweets
Précédent:
Suivant:
glimmende roze steentjes

3.10 Pourquoi répétons-nous toujours les mêmes prières ?

Formes de la prière

Souvent nous prions en répétant une prière déjà existante. Ces prières sont appelées officielles ou vocales. Cela peut sembler ennuyeux, mais prier ce n’est pas simplement dire des mots.

Prier est quelque chose que tu fais avec ton cœur. La puissance d’une prière vocale réside aussi dans sa répétition. Parce que nous connaissons les mots, nous pouvons être totalement avec Dieu dans notre cœur et dans notre esprit. L’appli #TwGOD contient de magnifiques prières.

> Approfondissez grâce au livre

Les prières vocales vous aident à prier de tout votre cœur, vous donnent les mots lorsque vous ne savez pas quoi dire, et la force dans la répétition.

La Sagesse de l’Église

Qu'est-ce que la prière vocale ?

En premier lieu, la prière est une élévation du cœur vers Dieu. Et pourtant Jésus nous a enseigné de prier avec des mots. Avec le Notre Père, il nous a laissé la prière vocale parfaite, comme un testament, pour indiquer la façon dont nous devons prier.

En priant, nous ne devons pas être pieux qu'en pensée, nous devons aussi exprimer tout ce qui nous tient à cœur, soit nos plaintes et nos demander, notre louange et notre reconnaissance, et tout porter devant notre Dieu. Ce sont souvent les grandes prières vocales comme les psaumes et les hymnes de l'Écriture sainte, le Notre Père, le Je vous salue Marie, qui nous indiquent le vrai contenu de la prière, et qui nous amènent à une prière intérieure libre. [Youcat 501

Voici ce que disent les papes

La méditation des mystères du Christ est proposée dans le Rosaire avec une méthode caractéristique, capable par nature de favoriser leur assimilation. C'est une méthode fondée sur la répétition. Cela vaut avant tout pour l'Ave Maria, répété dix fois à chaque mystère. Si l'on s'en tient à cette répétition d'une manière superficielle, on pourrait être tenté de ne voir dans le Rosaire qu'une pratique aride et ennuyeuse. Au contraire, on peut considérer le chapelet tout autrement, si on le regarde comme l'expression de cet amour qui ne se lasse pas de se tourner vers la personne aimée par des effusions qui, même si elles sont toujours semblables dans leur manifestation, sont toujours neuves par le sentiment qui les anime. [Jean-Paul II, Rosarium Virginis Mariae, 26]