Tous les Tweets
Précédent:
Suivant:
toveren met hoge hoed

4.18 Quel est le problème avec les miracles, la magie et l’occultisme ?

L’appel à la sainteté

Parfois Dieu fait des miracles : quelque chose qui ne suit pas les lois de la nature. Dans ces cas-là, Dieu décide d’intervenir directement, outrepassant les lois de la nature. Les miracles sont ainsi inexplicables du point de vue de la science : ils sont hors du naturel, surnaturels.

Nous ne savons pas exactement pourquoi Dieu fait des miracles et pourquoi souvent il n’en fait pas. Tu ne peux pas faire advenir un miracle, mais tu peux le demander par la prière. La magie ‘blanche’ ou ‘bonne’ n’existe pas. La magie ou pratiques occultes sont dangereux et contraires à l’amour de Dieu.  

> Approfondissez grâce au livre

Dieu peut réaliser des miracles pour nous aider à grandir dans notre amour pour lui. Dans ces conditions, qui a besoin de magie ? La magie, quel que soit son genre, nous éloigne de Dieu.

La Sagesse de l’Église

Comment fortifier notre confiance filiale ?

La confiance filiale est éprouvée quand nous avons le sentiment de n’être pas toujours exaucés. Nous devons alors nous demander si Dieu est pour nous un Père dont nous cherchons à faire la volonté, ou s’il est un simple moyen pour obtenir ce que nous voulons. Si notre prière s’unit à celle de Jésus, nous savons qu’il nous accorde bien davantage que tel ou tel don : nous recevons l’Esprit Saint qui change notre cœur. [CCEC 575]

Que faire quand nous avons le sentiment que prier ne sert à rien ?

Prier n'est pas en premier lieu chercher un rendement, c'est chercher la volonté et la proximité de Dieu. C'est justement dans son silence apparent que Dieu nous invite à faire encore un pas de plus - dans un abandon total, dans une foi sans réserve, dans une attente sans fin. Celui qui prie doit laisser à Dieu l'entière liberté de parler quand il veut, d'exaucer quand il veut et de se donner quand il veut.

Il nous arrive souvent de dire : « J'ai prié et ça n'a servi à rien. » Peut-être n'avons-nous pas prié avec assez de ferveur. À un fidèle qui un jour se plaignait de ne pas être exaucé, le saint curé d'Ars a demandé : « Tu as prié, tu as soupiré... mais as-tu jeûné aussi, as-tu veillé ? » Il se peut aussi que nous ne demandions pas à Dieu les bonnes choses. Ainsi sainte Thérèse d'Avila a dit un jour : « Ne prie pas pour avoir un fardeau plus léger, mais prie pour avoir un dos plus robuste ! » [Youcat 507]

Que veut dire : Tu ne dois pas avoir d'autres dieux que moi ?

Ce commandement interdit :

• D'adorer d'autres dieux et idoles, ou d'adorer quelqu'un sur terre comme une idole, ou d'idolâtrer une réalité matérielle (l'argent, l'influence, le succès, la beauté, la jeunesse, etc.).
• D'être superstitieux, c'est-à-dire qu'au lieu de croire en la puissance de Dieu, en sa Providence, en sa bénédiction, on se soumet à des pratiques ésotériques, magiques, ou occultes, ou que l'on se livre à la divination (prédiction de l'avenir) ou au spiritisme. 
• De défier Dieu en paroles ou en actes.
• De commettre un sacrilège.
• D'acquérir un pouvoir spirituel par la corruption ainsi que profaner le sacré en en faisant un commerce (simonie).

[Youcat 355]

L’ésotérisme est-il compatible avec la foi chrétienne ?

Non. L’ésotérisme passe à côté de la vérité de Dieu. Dieu est une personne ; il est l'amour et l'origine de la vie, non une froide énergie cosmique. L'homme est voulu et créé par Dieu, mais il n'est pas divin lui-même, il est une créature blessée par le péché, et qui pour échapper à la mort définitive a besoin d'être sauvée. Alors que beaucoup d'adeptes de l’ésotérisme croient que l'homme peut se sauver par lui-même, les chrétiens croient que seul Jésus-Christ et la grâce de Dieu les sauvent. La nature et le cosmos ne peuvent pas, non plus, nous sauver (panthéisme). Seul le Créateur, dans tout son amour pour nous, lui qui est infiniment plus grand et au-delà de tout, peut nous sauver.

Beaucoup de personnes aujourd'hui, pour leur santé, font du yoga, ou prennent part à des cours de méditation transcendantale (méditation), pour expérimenter le silence ou se centrer sur elles-mêmes, ou pour se sentir autrement dans leur corps. Ces techniques ne sont pas toujours innocentes. Parfois elles véhiculent une doctrine étrangère au christianisme : l’ésotérisme. Une personne raisonnable ne doit pas se laisser tenter par une vision irrationnelle du monde, où grouillent des fantômes, des gnomes et des esprits angéliques (ésotériques), où l'on croit à la magie, et où des « initiés » détiennent une science secrète, inaccessible à La « masse ignorante ». Déjà dans l'Ancien Israël, on pointait les croyances aux idoles et aux esprits, courantes chez les peuples environnants. Dieu seul est le Seigneur ; il n'y a pas d'autre Dieu que lui. Il n'y a pas non plus de technique (magique) par laquelle on puisse s'approprier « le divin », imposer ses vues à l'univers, et se sauver soi-même. Bien des pratiques relevant de l’ésotérisme sont, d'un point de vue chrétien, de la superstition ou de l’occultisme. [Youcat 356]

Voici ce que disent les papes

Dans le couvent de Saint-Damien, Claire [d’Assise] pratiqua de manière héroïque les vertus qui devraient distinguer chaque chrétien : l'humilité, l'esprit de piété et de pénitence, la charité. […] Sa foi dans la présence réelle de l'Eucharistie était si grande que, par deux fois, un fait prodigieux se réalisa. Par la seule ostension du Très Saint Sacrement, elle éloigna les soldats mercenaires sarrasins, qui étaient sur le point d'agresser le couvent de Saint-Damien et de dévaster la ville d'Assise. […] Ce sont les saints qui changent le monde en mieux, le transforment de manière durable, en insufflant les énergies que seul l'amour inspiré par l'Évangile peut susciter. Les saints sont les grands bienfaiteurs de l'humanité ! [Benoît XVI, Audience Générale, 15/09/2010]