Tous les Tweets
Précédent:
Suivant:

1.29 Jésus n’était-il qu'un homme bon et un sage gourou ?

Qu’a fait Jésus pour nous?

Jésus est à la fois homme et Dieu. Le grand auteur C.S. Lewis disait : « Il vous faut choisir : ou bien cet homme était et est le Fils de Dieu, ou bien c’était un malade mental ou pire. »

Quelques personnes ont en effet traité Jésus de fou ou de possédé, mais d’autres ont reconnu en lui le Rédempteur que Dieu nous a promis à travers les âges. Car Jésus a fait voir les aveugles, marcher les estropiés, lever les morts et nous a délivrés de nos péchés par sa mort sur la croix. Ceci ne peut être que l’œuvre de Dieu et non de quelqu’un qui ne fut qu’homme.

> Approfondissez grâce au livre

Une personne bonne et sage ne peut pas nous réconcilier avec Dieu comme Jésus l'a fait. Jésus est à la fois homme et Dieu : il désire et il EST notre rédemption.

La Sagesse de l’Église

Comment l’Église exprime-t-elle le mystère de l’Incarnation ?

Elle l’exprime en affirmant que Jésus-Christ est vrai Dieu et vrai homme, avec deux natures, divine et humaine, non pas confondues, mais unies dans la Personne du Verbe. Néanmoins, dans l’humanité de Jésus, tout – les miracles, la souffrance et la mort – doit être attribué à sa Personne divine, qui agit par la nature humaine qu’elle assume.

« Ô Fils unique et Verbe de Dieu, étant immortel, tu as daigné pour notre salut t’incarner de la Sainte Mère de Dieu et toujours Vierge Marie… Toi qui es Un de la Sainte Trinité, glorifié avec le Père et le Saint-Esprit, sauve-nous ! » (Liturgie byzantine de saint Jean Chrysostome). [CCEC 89]

Le Fils de Dieu fait homme avait-il une âme avec une connaissance humaine ?

Le Fils de Dieu a assumé un corps animé par une âme humaine raisonnable. Avec son intelligence humaine, Jésus a appris beaucoup par l’expérience. Mais aussi comme homme, le Fils de Dieu avait une connaissance intime et immédiate de Dieu son Père. Il pénétrait également les pensées secrètes des hommes et connaissait pleinement les desseins éternels qu’il est venu révéler. [CCEC 90] 

Qu’est-ce que cela signifie que Jésus-Christ soit en même temps vrai Dieu et vrai homme ?

En Jésus, Dieu est vraiment l’un d’entre nous et il est ainsi devenu notre frère ; sans cesser pour autant d’être en même temps Dieu et notre Seigneur. Le concile de Chalcédoine a déclaré, en l’an 451, qu’en la personne de Jésus-Christ la nature divine et la nature humaine étaient liées « de manière irrévocable et sans mélange ».

L’Église a longtemps peiné pour exprimer correctement la relation entre la divinité et l’humanité en Jésus-Christ. Divinité et humanité ne se font pas concurrence comme si Jésus n’était qu’en partie homme et qu’en partie Dieu. On ne peut dire non plus que le divin et l’humain se mélangent en Jésus ni que Dieu aurait fait simplement semblant de prendre corps humain en Jésus (docétisme) : il s’est fait vraiment homme. Il n’y a pas non plus en Jésus deux personnes conjointes, l’humain et la divinité (nestorianisme). Enfin, c’est aussi une hérésie d’affirmer que la nature humaine disparaît complètement dans la nature divine (monophysisme). Contre toutes ces hérésies, l’Église a maintenu fermement la foi en Jésus-Christ vrai Dieu et vrai homme en une seule personne. La célèbre formule du concile de Chalcédoine « sans division ni confusion » n’essaie pas d’expliquer ce qui dépasse l’entendement humain, elle insiste sur les deux points clés de la foi. Elle indique « la direction » dans laquelle il faut chercher le mystère de la personne de Jésus. [Youcat 77]

Comment s’accordent les deux volontés du Verbe incarné?

Jésus a une volonté divine et une volonté humaine. Dans sa vie terrestre, le Fils de Dieu a humainement voulu ce qu’il avait divinement décidé pour notre salut avec le Père et l’Esprit Saint. Sans résistance ni opposition, la volonté humaine du Christ suit la volonté divine; mieux encore, elle lui est soumise. [CCEC 91]

Voici ce que disent les Pères de l’Église

Malgré ces [miracles], plusieurs l'ont méprisé, moins attentifs à la grandeur de ses œuvres qu'à ses abaissements. Ils semblaient se dire Ces actions sont divines, mais lui n'est qu'un homme. Ici donc tu vois deux choses : un homme et des actes divins. Mais si Dieu seul peut faire des actes divins, cet homme ne serait-il pas un Dieu caché ? [St Augustin, Sermon 126, 5]