Tous les Tweets
Précédent:
Suivant:

3.24 Qu’est-ce que la liturgie ?

Liturgie

Le mot « liturgie » vient du grec et signifie office public. La liturgie est « l’ensemble des symboles, des chants et des actes au moyen desquels l'Église exprime et manifeste sa religion envers Dieu » (Dom Guéranger). Dans la liturgie nous exprimons ce que nous croyons, de même que notre corps exprime ce que nous voulons dire. De surcroît, dans la liturgie nous recevons la grâce de Dieu et sa présence.

La liturgie est quelque chose de plus grand que nous-mêmes, ça concerne Dieu. Celle de l’Église Catholique Romaine est identique partout dans le monde. Cela veut dire que tu peux suivre la messe partout même si tu ne comprends pas la langue : les gestes et les actions sont les mêmes. L’appli #TwGOD peut t’aider aussi : tu y trouveras les textes de l’ordinaire de messe en plusieurs langues, afin de pouvoir participer à la liturgie où que tu te trouves.

> Approfondissez grâce au livre

La liturgie est la prière publique selon les rites de l’Église. À travers elle, nous exprimons notre foi en Dieu et nous le rencontrons en personne.

La Sagesse de l’Église

Qu'est-ce que la liturgie ?

La liturgie est le culte officiel de l’Église.

Une célébration liturgique n'est pas un événement qui se nourrit de bonnes idées et de beaux cantiques. Aucune liturgie ne se fait ni ne s'invente. Elle témoigne d'une vie de foi qui a grandi pendant des siècles. Un office religieux est un événement sacré, digne de respect. La liturgie devient captivante quand on sent que c'est Dieu lui-même qui est présent dans ses signes sacrés et dans ses prières précieuses et souvent fort anciennes. [Youcat 167]

Quel est le caractère essentiel de chaque liturgie ?

La célébration eucharistique, mais aussi toute liturgie, est une petite fête de Pâques. Jésus fête avec nous son passage de la mort à la vie et ouvre ce passage pour nous.

L'événement liturgique le plus important qui ait jamais eu lieu sur terre fut celui de la Pâque, que Jésus a célébrée avec ses disciples la veille de sa mort, lors du repas de la Sainte Cène. Les disciples pensaient que Jésus voulait célébrer la libération d'Israël de l'Égypte. Mais Jésus a célébré la libération de toute l'humanité du pouvoir de la mort. En Égypte, ce fut le « sang de l'agneau » qui, à l'époque, a protégé les Israélites de la mort. Désormais, c'est Jésus lui-même qui serait l'agneau, dont le sang sauve l'humanité de la mort. La mort et la résurrection de Jésus sont la preuve que l'on peut mourir et cependant obtenir la Vie. Tel est le véritable contenu de chaque célébration liturgique chrétienne. Jésus lui-même a comparé sa mort et sa résurrection à la libération d'Israël de la servitude d'Égypte. Par l'expression « mystère pascal », on désigne donc l'efficacité salvatrice de la mort et de la résurrection de Jésus. Par analogie au sang de l'agneau qui a sauvé des vies lorsque les Israélites sont sortis d'Égypte (Ex 12), Jésus est le véritable Agneau pascal qui a libéré l'humanité de l'emprise de la mort et du péché. [Youcat 171]

Quelle est la source originelle de la liturgie ?

La source la plus profonde de la liturgie est Dieu, dans lequel se déroule une éternelle et céleste fête de l'amour – la joie du Père, du Fils et de l'Esprit-Saint. Parce que Dieu est amour, il voudrait nous faire participer à la fête de sa joie et nous offrir sa bénédiction.

Sur cette terre, les célébrations liturgiques doivent être des fêtes, pleines de beauté et de force : fêtes du Père qui nous a créés – d'où le rôle important des dons de la terre : le pain, le vin, l'huile et la lumière, les vapeurs d'encens, la musique sacrée et les belles couleurs. Fêtes du Fils qui nous a sauvés – nous sommes dans l'allégresse à cause de notre délivrance, nous reprenons souffle à l'écoute de la Parole, nous nous fortifions en mangeant les offrandes eucharistiques. Fêtes de l'Esprit-Saint qui vit en nous – d'où la surabondance de consolation, de connaissance, de courage, de force et de bénédiction qui émane des assemblées chrétiennes. [Youcat 170]

Comment le Père est-il la source et la fin de la liturgie ?

Dans la liturgie, le Père nous comble de ses bénédictions en son Fils incarné, mort et ressuscité pour nous, et il répand dans nos cœurs l’Esprit Saint. En même temps, l’Église bénit le Père par l’adoration, la louange, l’action de grâces, et elle implore le don de son Fils et de l’Esprit Saint. [CCEC 221]

Quelle est l’œuvre du Christ dans la liturgie ?

Dans la liturgie, le Christ signifie et accomplit principalement son Mystère pascal. En donnant l’Esprit Saint aux Apôtres, il leur a donné, ainsi qu’à leurs successeurs, le pouvoir de réaliser l’oeuvre du salut par le Sacrifice eucharistique et par les sacrements, où il agit lui-même pour communiquer sa grâce aux fidèles de tous les temps et dans le monde entier. [CCEC 222]

Dans la liturgie, comment le Saint-Esprit agit-il par rapport à l’Église ?

Dans la liturgie s’opère la coopération la plus étroite de l’Esprit Saint et de l’Église. L’Esprit Saint prépare l’Église à rencontrer son Seigneur. Il rappelle le Christ à la foi de l’assemblée et le lui manifeste. Il rend présent et actualise le mystère du Christ ; il unit l’Église à la vie et à la mission du Christ, et il fait fructifier en elle le don de la communion. [CCEC 223]

Voici ce que disent les papes

Qu’est-ce que la liturgie ? Si nous ouvrons le Catéchisme de l’Église catholique […] nous pouvons lire qu’à l’origine, le terme « liturgie » signifie « service de la part de/et en faveur du peuple » (n. 1069). Si la théologie chrétienne a emprunté ce mot du monde grec, elle l’a évidemment fait en pensant au nouveau Peuple de Dieu né du Christ, qui a ouvert ses bras sur la Croix pour unir les hommes dans la paix de l’unique Dieu. « Service en faveur du peuple », un peuple qui n’existe pas en soi, mais qui s’est formé grâce au Mystère pascal de Jésus Christ. En effet, le Peuple de Dieu n’existe pas en vertu de liens de sang, de territoire, de nation, mais il naît toujours de l’œuvre du Fils de Dieu et de la communion avec le Père qu’il nous obtient. [Benoît XVI, Audience Générale, 26/09/2012]