Tous les Tweets
Précédent:
Suivant:
hostie

3.48 Jésus est-il vraiment présent dans l’eucharistie ? Qu’est-ce que la consécration ?

L’eucharistie

Pendant la messe, lle pain (les hosties) et le vin sont apportés à l’autel. Le prêtre répète les mêmes mots que Jésus lors du dernier repas, la Cène, quand il a institué l’Eucharistie. Ce moment de l’Eucharistie est appelé « consécration ».

À ce moment, le pain et le vin sont transformés en corps et sang de Jésus. Ce n’est pas que symbolique mais c’est la réalité. Si tu regardes l’Hostie avec les yeux de la foi, tu y reconnaîtras le corps et le sang de Jésus, qui semblent être pain et vin au premier abord. Dans l’appli #TwGOD, tu retrouveras ces mots de la consécration ainsi que les autres textes de la messe en plusieurs langues.

> Approfondissez grâce au livre

Par les mots de la consécration, le pain et le vin sont changés en corps et sang du Christ, qui est alors véritablement présent.

La Sagesse de l’Église

En quel sens l’Eucharistie est-elle mémorial du sacrifice du Christ ?

L’Eucharistie est mémorial en ce sens qu’elle rend présent et actualise le sacrifice que le Christ a offert à son Père, une fois pour toutes, sur la croix, en faveur de l’humanité. Le caractère sacrificiel de l’Eucharistie se manifeste dans les paroles mêmes de l’institution : « Ceci est mon corps livré pour vous » et « Cette coupe est la nouvelle Alliance en mon sang répandu pour vous » (Lc 22, 19-20). Le sacrifice de la croix et le sacrifice de l’Eucharistie sont un unique sacrifice. La victime et celui qui l’offre sont identiques. Seule la manière de l’offrir diffère. Le sacrifice est sanglant sur la croix, non sanglant dans l’Eucharistie. [CCEC 280]

Comment Jésus est-il présent dans l’Eucharistie ?

Jésus Christ est présent dans l’Eucharistie d’une façon unique et incomparable. Il est présent en effet de manière vraie, réelle, substantielle : avec son Corps et son Sang, avec son Âme et sa divinité. Dans l’Eucharistie, est donc présent de manière sacramentelle, c’est-à-dire sous les espèces du pain et du vin, le Christ tout entier, Dieu et homme. [CCEC 282]

Que signifie la transsubstantiation ?

La transsubstantiation signifie la conversion de toute la substance du pain en la substance du Corps du Christ et de toute la substance du vin en la substance de son Sang. Cette conversion se réalise au cours de la prière eucharistique, par l’efficacité de la parole du Christ et de l’action de l’Esprit Saint. Toutefois, les apparences sensibles du pain et du vin, c’est-à-dire les « espèces eucharistiques », demeurent inchangées. [CCEC 283]

De quelle manière le Christ est-il là, quand l’eucharistie est célébrée ?

Le Christ est mystérieusement, mais réellement présent dans le sacrement de l’eucharistie. Chaque fois que l’Église exécute la demande de Jésus : Faites cela en mémoire de moi (1 Co 11, 25), qu'elle rompt le pain et tend la coupe, c'est l'événement même du temps de Jésus qui se réalise aujourd'hui : le Christ s'offre vraiment à nous en sacrifice et nous obtenons vraiment de participer à son offrande. Le sacrifice que le Christ a offert une fois pour toutes sur la croix est rendu présent et actuel sur l'autel : il accomplit l'œuvre de notre rédemption. [Youcat 216]

Voici ce que disent les Pères de l’Église

Vous devez connaître en effet ce que vous avez reçu, ce que vous recevrez encore, ce que vous devriez recevoir chaque jour. Ce pain donc que vous voyez sur l'autel, une fois sanctifié par la parole de Dieu, est le corps du Christ. Ce calice, ou plutôt ce que contient ce calice, une fois sanctifié aussi par la parole de Dieu, est le sang du Christ ; et le Christ Notre-Seigneur a voulu par là proposer à notre vénération son propre corps et ce sang, qu'il a répandu en notre faveur pour la rémission des péchés. [Saint Augustin, Sermon CCXXVII]

Sous la figure du pain c'est son corps et sous celle du vin, c'est son sang que tu reçois, afin qu'ayant pris part au corps et au sang du Christ, tu ne fasses plus qu'un corps et qu'un sang avec lui. C'est ainsi que nous devenons des porte-Christ, son corps et son sang s'étant distribués dans nos membres. Ainsi, selon le bienheureux Pierre, nous devenons participants de la nature divine. [Saint Cyrille de Jérusalem, Catéchèse Mystagogique IV,3]