Tous les Tweets
Précédent:
Suivant:
voetwassing

3.30 Qu’est-ce que le triduum pascal qui commence le Jeudi saint ?

Les grandes fêtes de l’Église

Jésus a été torturé et est ressuscité des morts en trois jours (« Triduum » en latin). C’est cela, le cœur de la foi chrétienne. Le jeudi saint est la commémoration de la Cène, du dernier repas de Jésus avec ses disciples.

C’est ce jour-là que Jésus a institué l’Eucharistie ainsi que le sacerdoce. Le Vendredi Saint nous nous rappelons de la souffrance et de la mort de Jésus. Lors de la Veillée Pascale nous nous rappelons que Jésus est ressuscité des morts.

> Approfondissez grâce au livre

Jésus a souffert, est mort et est ressuscité en trois jours (triduum). Le Jeudi saint, nous commémorons l’institution de l’eucharistie et du sacerdoce.

La Sagesse de l’Église

Que s'est-il passé au dernier repas ?

Le soir avant sa mort, Jésus a lavé les pieds de ses disciples ; il a institué l’eucharistie et a fondé le sacerdoce de la nouvelle Alliance.

Jésus a manifesté son amour jusqu'à la perfection de trois manières : il a lavé Les pieds de ses disciples et a montré qu'il était parmi nous comme celui qui sert (Lc 22, 27). Il a anticipé sa souffrance libératrice en prononçant ces paroles sur les offrandes du pain et du vin : Ceci est mon corps donné pour vous (Lc 22, 19), instituant ainsi La sainte eucharistie. Lorsque Jésus ordonne à ses Apôtres : Faites ceci en mémoire de moi (1 Co 11, 24), il en fait les prêtres de la nouvelle Alliance. [Youcat 99]

Voici ce que disent les papes

« Vous ferez cela en mémoire de moi » (Lc 22, 19)[…] Les Apôtres qui ont pris part à la dernière Cène ont-ils compris le sens des paroles sorties de la bouche du Christ ? Peut-être pas. Ces paroles ne devaient se clarifier pleinement qu'à la fin du Triduum pascal, c'est-à-dire de la période qui va du Jeudi soir au Dimanche matin. […] Dans la célébration de l'Eucharistie, les yeux de l'âme se reportent au Triduum pascal, à ce qui se passa le soir du Jeudi saint, pendant la dernière Cène, et après elle. [Jean-Paul II, Ecclesia de Eucharistia, 2-3]